Réconciliation : restaurer sa relation avec Dieu

Réconciliation : restaurer  sa relation avec Dieu

1. Que peut nous apporter le sacrement de réconciliation ?

Le sacrement de réconciliation est une rencontre avec Dieu qui se réalise par le moyen d’une rencontre avec un prêtre. On regarde sa vie devant Dieu en pensant à son amour miséricordieux. Cette rencontre nous transforme spirituellement.

Ce sacrement connaît actuellement une désaffection marquée ; beaucoup ont abandonné la pratique de la confession et perdu le sens du sacrement. Cependant actuellement on n’a jamais autant confessé : dans les émissions nocturnes de radio, dans la rubrique “cœur” des magazines, sur le divan des “psy”…Il y a une exigence de communication personnelle dans la société technologique ou nous vivons. Le sacrement de réconciliation apporte une réponse significative à cette exigence. Il répond à un besoin profond du cœur humain. Ce sacrement nous procure la paix du cœur, allège notre conscience sur la quelle pèse parfois une forte culpabilité. Il nous donne aussi une force pour nous guérir de nos faiblesses et apporte un élan à notre vie chrétienne.

2. Noms du sacrement – Pourquoi appelle-t-on “sacrement de réconciliation “ce qu’on appelait “sacrement de pénitence” ou “confession” ?

  • Le mot “confession” indique seulement l’aveu des péchés sans suggérer le pardon.
  • Le terme “pénitence” évoque l’expiation, la mortification. Il est insuffisant pour exprimer le pardon de Dieu.
  • Le mot “réconciliation” (utilisé de puis le concile Vatican II) exprime l’essentiel, qui est le pardon de Dieu dans la rencontre.
  • L’expression “sacrement du pardon” convient aussi tout à fait.

 

3. Quel est le symbolisme du sacrement du pardon ?

Le symbole central du sacrement du pardon est la rencontre entre le prêtre et le pénitent. Le pape Jean Paul II dans sa lettre aux prêtres sur le sacrement de réconciliation (Jeudi saint 2002) commente la rencontre de Jésus avec Zachée. (Luc 19,1-10) Il demande aux prêtres que le ministre du pardon, signe de Dieu Père, incarne pour le pénitent le visage du Bon pasteur. Il faut que le pénitent puisse rencontrer le Bon pasteur à travers le visage et la voix du confesseur.

La rencontre personnelle entre le confesseur et le pénitent est donc la forme ordinaire de la réconciliation sacramentelle et l’absolution collective a un caractère exceptionnel.

4. Comment se préparer à la confession

Quand on n’a pas l’habitude de se confesser ou que l’on a l’impression de ne pas bien faire la confession, on se demande comment se confesser.

Pour se préparer à recevoir le sacrement de pénitence, on commence habituellement en faisant son examen de conscience, mais il y a quelque chose à faire avant. La réforme liturgique de Vatican II insiste sur ce point. Il faut d’abord se mettre devant la Parole de Dieu en lisant un passage de la Bible. L’écoute de la Parole en nous révélant l’ amour de Dieu et sa miséricorde nous dévoile en même temps notre propre péché. Malheureusement on le fait rarement en dehors des célébrations communautaires.

Comment faire son examen de conscience ?

Il y a des manières très diverses de faire son examen de conscience. On peut partir du texte des Béatitudes ou d’un texte de l’Évangile qui nous a touché. Dans les célébrations pénitentielles, les animateurs proposent parfois un examen de conscience centré sur un aspect de la vie, les relations avec les autres et avec Dieu. On peut aider les enfants à faire leur examen de conscience à partir de leur vie.

Dans une optique traditionnelle, on peut chercher ses péchés et faire son examen de conscience à partir des commandements de Dieu et de l’Église ou de la liste des péchés capitaux. On peut aussi chercher les péchés que l’on a faits par penser, par parole, par action et par omission. Certains voudraient qu’on leur donne une liste des péchés, mais ce n’est pas possible.

 

Partagez